Le pouvoir d’achat est la première préoccupation des Français, et le logement représente plus de 30 % de leur budget. Les candidats à l’élection présidentielle ont bien compris que dans un contexte tendu de pénurie de logements décents abordables, de flambée des prix de l’énergie et d’évolution du DPE, ils se doivent de proposer des solutions pour accélérer la rénovation énergétique des bâtiments. Tour d’horizon des promesses dans l’air du temps :

Yannick Jadot annonce le déblocage de 10 Md€ par an pour la rénovation thermique des bâtiments.

Valérie Pécresse propose la « fusion » du livret A et du livret de développement durable en un « livret vert » permettant à la Caisse des dépôts et consignation de « financer des prêts ».

Jean-Luc Mélenchon annonce une aide à la pierre pour l’isolation thermique devant permettre l’isolation d’au moins 700 000 logements par an.

Marine Le Pen envisage un dispositif où les pouvoirs publics céderaient gratuitement ou à bas prix des logements situés en zones rurales en contrepartie d’un engagement de rénovation.

Fabien Roussel table sur un plan de rénovation énergétique des maisons et des logements collectifs de 10 milliards d’euros sur cinq ans.

Focalisé sur l’idée de supprimer la loi SRU, Éric Zemmour ne présente à ce jour aucune mesure pour la rénovation énergétique des bâtiments.

Anne Hidalgo entend financer les opérations globales — et non les petits gestes — au moyen de subventions indexées sur les revenus et une avance remboursable baptisée « prime à la pierre climat ».

Christiane Taubira propose de financer à 80% les projets de rénovation de logements des foyers les plus modestes, et de garantir les prêts à taux zéro de ceux qui font le choix d’une rénovation globale.

Quant à Emmanuel Macron, pas encore candidat, il s’est engagé en 2017 à supprimer les passoires énergétiques des propriétaires les plus précaires en 10 ans et prévoyait que dès 2022, la moitié serait rénovée. Il est vrai que 2022 ne fait que commencer…

En conclusion, Les ECO-Isolateurs se félicitent de l’engagement de (presque) tous les prétendants à la Présidence de la République pour la rénovation énergétique des bâtiments, et leur rappellent humblement cette pensée de Confucius : « examine si ce que tu promets est juste et possible, car la promesse est une dette. »