Une étude européenne portée par l’EGU (European Geosciences Union) le prouve, les flambées en foyer ouvert dégagent beaucoup de CO2 et sont nocives pour la santé. Elles augmentent de 43 % le risque de cancer. De plus, elles représentent un problème majeur pour la qualité de l’air en milieu urbain.

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), qui proviennent de la combustion incomplète du bois ou d’autres matières organiques, sont responsables de nombreuses pathologies et sont largement sous-estimés : 29 % des HAP proviennent de la combustion de l’essence, 33 % de la combustion du fioul et du diesel. Ce que l’on sait moins, c’est que 31 % des HAP proviennent des feux en foyer ouvert. Les risques pour la santé sont donc aussi importants dans un salon avec un feu de cheminée qu’en respirant les gaz des pots d’échappement.

D’autres systèmes de chauffage existent pour chauffer efficacement une maison tout en limitant les émissions de CO2 : poêle à granulés, chaudière gaz à condensation ou mieux, pompe à chaleur. La pompe à chaleur est le mode de chauffage qui dégage le moins de gaz à effet de serre (GES) : jusqu’à 6 fois moins de CO2 que le chauffage au bois. L’utilisation de ressources naturelles telles que l’air pour générer de la chaleur au sein des logements en fait un allié pour la santé des particuliers et celle de notre planète.

Stop à la pollution, oui à la rénovation ! Combiner une isolation des bâtiments avec un système de chauffage performant et non polluant est le meilleur moyen de gagner en confort thermique et de préserver sa santé.